ACADEMIA HABANOS

L’Univers du Habano

Le choix, la coupe et l’allumage



Le Habano que vous choisissez, la façon dont vous le coupez, l’allumez, le fumez, tout cela vous appartient et n’appartient qu’à vous. Voici quelques recommandations pratiques, cependant, à ne jamais oublier.

Le choix 

Le choix d’un Habano fait appel à quatre de vos cinq sens, voire à tous les cinq si vous croyez, comme certains, que faire rouler un Habano contre son oreille est d’un quelconque enseignement.

La cape doit flatter la vue. Peut-être la préférerez-vous d’une couleur claire ou d’un maduro foncé. Quoi qu’il en soit, la couleur doit être unie et la cape légèrement luisante. Ne vous inquiétez pas si vous apercevez, sur la cape, tel point blanc ou telle tache verte. Il ne s’agit que d’imperfections naturelles, des “grains de beauté” en quelque sorte, qui ont fait leur apparition pendant la croissance ou le séchage. Elles ne compromettent pas la qualité du Habano.

Tâtez avec douceur votre Habano, pressez-le légèrement entre le pouce et l’index pour vérifier son état. Il doit être ferme mais moelleux au toucher (voir photo 1).

disfruta7

Photo 1

Profitez des arômes que dégagent les feuilles bien préparées, promesses des saveurs à venir.

Ce n’est qu’en le fumant que vous pourrez en apprécier la saveur. C’est un vrai défi qui vous est lancé si vous vous rappelez qu’il existe plus de 250 cigares et 27 marques de Habanos à essayer ; chacun avec son propre style.

Aux débutants, nous conseillons de commencer par un module commun à de nombreuses marques, tel le Mareva. Et de choisir, pour leurs premières armes, l’une des marques les moins puissantes.

Quant aux amateurs, le temps dont ils disposent sera leur meilleur guide.

Qu’ils se rappellent qu’un Habano tripe longue est conçu de manière à ce que ses saveurs s’intensifient progressivement.

Il serait vraiment dommage de devoir abandonner un Habano avant qu’il n’ait eu le temps d’exprimer toutes ses qualités. Choisissez donc une vitole pour laquelle vous pouvez disposer du temps nécessaire à sa complète dégustation.

La coupe 

La coupe doit être pratiquée juste au-dessus de la ligne où le “bonnet” s’unit à la cape (pour le figurado, à environ 3 mm de la pointe).

disfruta6

Photo 2

L’objectif est simple. Il faut créer une ouverture suffisante pour assurer un tirage aisé tout en veillant à ce qu’une partie de la perilla reste en place, ce qui évitera à la cape
de se détacher (voir photo 2).

De nombreux instruments permettent de pratiquer cette coupe. Habituellement, on les nomme coupe-cigares. Le plus célèbre est la guillotine, qu’elle soit à une ou deux lames. Autre solution, les ciseaux spéciaux pour les Habanos. Citons encore l’emporte-pièce et sa lame circulaire. Il découpe une section ronde de la perilla, ce qui offre l’avantage de préserver la forme de la tête. Cependant, cet instrument ne convient pas aux figurados.

À éviter, les coupe-cigares en “V”. Ils ont tendance à abîmer le bonnet (gorro). De même, il ne faut surtout pas perforer la tête avec une allumette ou un cure-dents, ce qui comprimerait la tripe et ferait bouchon nuisant ainsi au tirage de votre Habano.

Ne cherchez pas à ôter la bague, vous risqueriez d’endommager la cape.

L’allumage 

Deux principes à observer.

Le premier : n’allumez votre Habano qu’avec une flamme inodore. Utilisez exclusivement un briquet à gaz butane, une allumette de bois ou un morceau de cèdre. N’employez jamais un briquet à pétrole, une allumette en cire ni une bougie, car leurs odeurs imprégneraient les arômes du Habano.

Le second : prenez votre temps et soyez minutieux. Rien ne gâche aussi sûrement la dégustation d’un Habano qu’un allumage défectueux.

Ce petit rituel vous aidera à allumer correctement votre Habano.

Présentez le pied du Habano perpendiculairement à la flamme et faites-le tourner jusqu’à ce que la totalité de sa circonférence soit embrasée (voir photo 3).

disfruta2

Photo 3

Portez le Habano aux lèvres et, tout en maintenant la flamme à un centimètre du pied, aspirez jusqu’à ce que la flamme l’atteigne (voir photo 4). Continuez de faire tourner le Habano.

disfruta1

Photo 4

Soufflez doucement sur la partie embrasée du Habano pour vous assurer qu’il est uniformément allumé (voir photo 5).

disfruta3

Photo 5

Comment fumer 

N’avalez pas la fumée, ce n’est pas une cigarette. Aspirez doucement et laissez la fumée envahir votre bouche pour mieux charmer vos papilles gustatives.

Soyez détendu pour bien savourer les arômes et les saveurs subtils des tabacs de l’assemblage.

Ne cherchez pas à retirer ou à faire glisser la bague, vous risqueriez d’endommager la cape, et ainsi abîmer votre Habano.

Il n’y a aucun mal à rallumer votre Habano s’il s’éteint. Commencez, cependant, par le débarrasser de sa cendre, sous peine d’éprouver des difficultés à le rallumer.

Un Habano se laisse fumer avec bonheur sur plus des trois quarts de sa longueur. Ne vous inquiétez pas de la taille ni du devenir de la cendre. Tapoter nerveusement son Habano, comme on le fait avec une cigarette pour en faire tomber la cendre, relève de la faute de savoir-vivre. Laissez celle-ci tomber d’elle-même, de préférence dans un cendrier, naturellement.

L’adieu 

Quand arrive le triste moment de vous séparer de votre Habano, ne l’écrasez pas. Laissez-le reposer sur le cendrier, il s’éteindra tout seul. Laissez-le mourir avec dignité.

disfruta4

Video




Contenu disponible dans les langues suivantes: