ACADEMIA HABANOS

L’Univers du Habano

Le feuille idéale



Dans la composition d’un Habano n’entre que du Tabac Brun Cubain (Tabaco Negro Cubano), héritier direct des plants que Christophe Colomb a découverts dans l’île, voilà plus de cinq cents ans.

Deux méthodes de culture distinctes produisent les différentes classes de feuilles nécessaires à sa réalisation.

Les feuilles de cape (tabaco tapado) sont cultivées sous une fine mousseline qui protège les plants des ardeurs du soleil.

Les feuilles de tripe et sous-cape (tabaco de sol) poussent en plein air, profitant au maximum du soleil cubain.

Les feuilles présentent des caractéristiques différentes en fonction de leur position sur le plant. C’est en fonction de ces caractéristiques que le rôle de chacune sera défini.

Ainsi, chaque feuille a son propre destin.

ttapado-fr
campo-tapado

Culture protégée

tsol-fr

Les généreux rayons du soleil cubain favorisent les extraordinaires variétés de ces différentes saveurs qui s’assembleront pour donner au Habano sa saveur unique, si riche et si complexe.

campo-sol

Culture en plein air (tabaco de sol)

L’authentique graine cubaine

À partir du XVIe siècle, le tabac, qui poussait naturellement à Cuba, montre de telles qualités que sa renommée s’impose vite sans rivale dans le monde.

Au début du XXe siècle, et grâce aux progrès de la recherche botanique, la science permet d’étudier la très riche gamme de semences utilisées jusqu’alors dans la culture du Tabac Brun Cubain (Tabaco Negro Cubano).

Les botanistes se fixent deux objectifs  : identifier les caractéristiques de la semence originale garantissant le goût cubain classique, et mettre au point des variétés résistantes aux nombreuses maladies qui s’attaquent aux plantations.

instituto-tabaco

Institut de Recherches du Tabac. San Antonio de los Baños, Cuba

Et c’est ainsi que naît, en 1907, la variété baptisée Habanensis.

D’autres recherches indépendantes se poursuivent jusqu’en 1937, date à laquelle l’industrie du tabac crée sa première station de recherche expérimentale, à San Juan y Martínez*.

Quatre ans plus tard, une nouvelle variété de graine, appelée Criollo, est introduite. Aujourd’hui encore, elle demeure la mère de toutes les semences modernes homologuées pour la culture du tabac destiné au Habano.

Peu de temps après, et à partir du Criollo, une autre variété destinée à la production de feuilles de cape est mise au point. Elle prend le nom de Corojo, en hommage à la fameuse plantation où elle a été testée pour la première fois.

Au fil des ans, de nouvelles variétés sont mises au point pour mieux lutter contre divers fléaux et maladies, mais aussi contre les effets des changements climatiques.

Aujourd’hui, les régions productrices de tabac peuvent compter sur les services de l’Institut de Recherches du Tabac (Instituto de Investigaciones del Tabaco). Équipé de quatre stations expérimentales, il contrôle la totalité des semences dont les planteurs ont besoin.

Ces dernières années, l’Institut a notamment réussi à mettre au point une culture encore plus écologique, unique dans le monde du tabac.

Sans relâche, la recherche se poursuit afin de préserver et de perfectionner la quintessence de l’unique et authentique Tabaco Negro Cubano.




Contenu disponible dans les langues suivantes: